[Alberto Giacometti travaillant dans son atelier au buste de Yanaihara, Paris], 1960 Photo : Annette Giacometti © Succession Giacometti

Biographie d'une Œuvre

UNE JEUNESSE PASSÉE DANS UN ATELIER

Alberto Giacometti grandit en Suisse dans le Val Bregaglia, à quelques kilomètres de la frontière italo-helvétique. Son père, Giovanni Giacometti (1868-1933) est un peintre impressionniste estimé des collectionneurs et des artistes suisses. Il partage avec son fils ses réflexions sur l’art et la nature de l’art. Alberto Giacometti réalise à 14 ans, dans l'atelier de son père, sa première peinture à l’huile, Nature morte aux pommes (vers 1915) et son premier buste sculpté, la petite Tête de Diego sur socle. Son père et son parrain, le peintre symboliste Cuno Amiet (1868-1961), sont deux figures essentielles dans le développement artistique du jeune Alberto. En 1922, Giacometti part étudier à Paris et entre à l’Académie de la Grande-Chaumière, où il suit l’enseignement du sculpteur Antoine Bourdelle (1861-1929). Des dessins de nus témoignent de cet apprentissage, et, comme ses premières sculptures cubistes, de l’influence de Jacques Lipchitz et de Fernand Léger.

  • <p><strong>Cuno AMIET</strong><br /><strong>Portrait d'Alberto, 1910</strong><br /><br />Huile sur toile, 50 x 40 cm<br /><br />Monogrammé : "C/A et daté : "10" en bas à droite<br /><br /><em>Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 1994-0662</em><br /><br />© Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)</p>

    Cuno AMIET
    Portrait d'Alberto, 1910

    Huile sur toile, 50 x 40 cm

    Monogrammé : "C/A et daté : "10" en bas à droite

    Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 1994-0662

    © Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)

    <p><strong>Cuno AMIET</strong><br /><strong>Portrait d'Alberto, 1910</strong><br /><br />Huile sur toile, 50 x 40 cm<br /><br />Monogrammé : "C/A et daté : "10" en bas à droite<br /><br /><em>Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 1994-0662</em><br /><br />© Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)</p>
  • <p><strong>[Giovanni Giacometti dans son atelier], vers 1925</strong><br /><br />Tirage argentique sur papier<br /><br /><em>Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 2003-1601</em><br /><br />© Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)</p>

    [Giovanni Giacometti dans son atelier], vers 1925

    Tirage argentique sur papier

    Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 2003-1601

    © Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)

    <p><strong>[Giovanni Giacometti dans son atelier], vers 1925</strong><br /><br />Tirage argentique sur papier<br /><br /><em>Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 2003-1601</em><br /><br />© Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)</p>
  • <p><strong>Alberto Giacometti dessinant à Schiers, vers 1917</strong><br /><br /><em>Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 2003-1574</em><br /><br />© Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)</p>

    Alberto Giacometti dessinant à Schiers, vers 1917

    Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 2003-1574

    © Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)

    <p><strong>Alberto Giacometti dessinant à Schiers, vers 1917</strong><br /><br /><em>Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 2003-1574</em><br /><br />© Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)</p>
  • <p><strong>Autoportrait, vers 1917</strong><br /><br />Huile sur carton, 27 x 19 cm<br /><br /><em>Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 1994-0566</em><br /><br />© Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)</p>

    Autoportrait, vers 1917

    Huile sur carton, 27 x 19 cm

    Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 1994-0566

    © Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)

    <p><strong>Autoportrait, vers 1917</strong><br /><br />Huile sur carton, 27 x 19 cm<br /><br /><em>Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 1994-0566</em><br /><br />© Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)</p>
  • <p><strong>Diego, vers 1914 - 1915</strong><br /><br />Plâtre, 27 x 11,1 x 13,8 cm<br /><br /><em>Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 1994-0400</em><br /><br />© Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)</p>

    Diego, vers 1914 - 1915

    Plâtre, 27 x 11,1 x 13,8 cm

    Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 1994-0400

    © Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)

    <p><strong>Diego, vers 1914 - 1915</strong><br /><br />Plâtre, 27 x 11,1 x 13,8 cm<br /><br /><em>Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 1994-0400</em><br /><br />© Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)</p>

LA RENCONTRE DES ARTS PREMIERS

L’œuvre de Giacometti est marquée par l’influence de la sculpture africaine et océanienne. Quand Giacometti s’y intéresse en 1926, l’art africain n’est plus une nouveauté pour les artistes modernes de la génération précédente (Picasso, Derain) ; il s’est même vulgarisé au point de devenir décoratif. Les deux œuvres qui l’ont fait remarquer du public pour la première fois : la Femme-cuillère et Le Couple, exposés en 1927 au Salon des Tuileries à Paris, témoignent du bouleversement que cette rencontre produit chez le jeune artiste. En 1928, Giacometti commence une série de femmes et de têtes plates, dont la nouveauté lui vaut d’être remarqué en 1929 et d’obtenir un premier contrat avec une galerie, celle de Pierre Loeb, qui expose les Surréalistes. A cette époque, Giacometti fréquente Carl Einstein, l’auteur du livre de référence sur la sculpture africaine, Negerplastik (1915) et Michel Leiris, qui deviendra un spécialiste de l’art dogon. Plusieurs œuvres plus tardives, dont des plâtres peints exceptionnels et quelques peintures, montrent comment l’art non-occidental a influé durablement sur sa production. L'artiste s’éloigne d’une représentation naturaliste et académique pour une vision totémique et parfois hallucinée de la figure, chargée d’une puissance magique.

  • <p><strong>Femme cuillère 1927 (version de 1953)</strong><br /><br />Plâtre, 146,5 x 51,6 x 21,5 cm<br /><br /><em>Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 1994-0297</em><br /><br />© Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)</p>

    Femme cuillère 1927 (version de 1953)

    Plâtre, 146,5 x 51,6 x 21,5 cm

    Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 1994-0297

    © Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)

    <p><strong>Femme cuillère 1927 (version de 1953)</strong><br /><br />Plâtre, 146,5 x 51,6 x 21,5 cm<br /><br /><em>Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 1994-0297</em><br /><br />© Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)</p>
  • <p><strong>Femme cuillère 1927 (version de 1953)</strong><br /><br />Plâtre, 146,5 x 51,6 x 21,5 cm<br /><br /><em>Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 1994-0297</em><br /><br />© Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)</p>

    Femme cuillère 1927 (version de 1953)

    Plâtre, 146,5 x 51,6 x 21,5 cm

    Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 1994-0297

    © Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)

    <p><strong>Femme cuillère 1927 (version de 1953)</strong><br /><br />Plâtre, 146,5 x 51,6 x 21,5 cm<br /><br /><em>Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 1994-0297</em><br /><br />© Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)</p>
  • <p><strong>Alberto Giacometti dans l'atelier rue Hippolyte Maindron, 1927</strong><br /><br />Tirage argentique sur papier<br /><br /><em>Documentation Fondation Giacometti, Paris</em><br /><br />© Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)</p>

    Alberto Giacometti dans l'atelier rue Hippolyte Maindron, 1927

    Tirage argentique sur papier

    Documentation Fondation Giacometti, Paris

    © Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)

    <p><strong>Alberto Giacometti dans l'atelier rue Hippolyte Maindron, 1927</strong><br /><br />Tirage argentique sur papier<br /><br /><em>Documentation Fondation Giacometti, Paris</em><br /><br />© Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)</p>
  • <p><strong>Le Couple, 1927</strong><br /><br />Bronze, 58,3 x 37,4 x 17,5 cm<br /><br />Fonte 1980, épreuve Fondation  Alberto et Annette Giacometti<br /><br /><em>Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 1994-0185</em><br /><br />© Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)</p>

    Le Couple, 1927

    Bronze, 58,3 x 37,4 x 17,5 cm

    Fonte 1980, épreuve Fondation Alberto et Annette Giacometti

    Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 1994-0185

    © Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)

    <p><strong>Le Couple, 1927</strong><br /><br />Bronze, 58,3 x 37,4 x 17,5 cm<br /><br />Fonte 1980, épreuve Fondation  Alberto et Annette Giacometti<br /><br /><em>Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 1994-0185</em><br /><br />© Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)</p>

L’EXPÉRIENCE SURRÉALISTE

Giacometti adhère au mouvement surréaliste d’André Breton en 1931 et en est exclu en février 1935, mais les procédés surréalistes jouent une importance continue dans sa création : vision onirique, montage et assemblage, objets à fonctionnement métaphorique, traitement magique de la figure. La Tête qui regarde le fait remarquer par le groupe en 1929, et la Femme qui marche de 1932, conçue comme un mannequin pour l’importante exposition surréaliste de 1933, figurera dans sa version actuelle sans bras ni tête à l’exposition surréaliste de Londres en 1936. Une version peinte de la construction sur plateau intitulée Le Palais à 4 heures du matin évoque l’aspect théâtral de son univers onirique. Membre actif du groupe de Breton, Giacometti s’y impose vite comme l’un de ses rares sculpteurs. En créant en 1965 pour une rétrospective à Londres une dernière version de la Boule suspendue et en en donnant une version peinte, Giacometti montre la persistance de son lien avec le mouvement.

  • <p><strong>Tête qui regarde, 1929</strong><br /><br />Plâtre enduit d'un isolant pour le moulage, traces de crayon, 40 x 36,4 x 6,5 cm<br /><br /><em>Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 1994-0439</em><br /><br />© Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)</p>

    Tête qui regarde, 1929

    Plâtre enduit d'un isolant pour le moulage, traces de crayon, 40 x 36,4 x 6,5 cm

    Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 1994-0439

    © Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)

    <p><strong>Tête qui regarde, 1929</strong><br /><br />Plâtre enduit d'un isolant pour le moulage, traces de crayon, 40 x 36,4 x 6,5 cm<br /><br /><em>Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 1994-0439</em><br /><br />© Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)</p>
  • <p><strong>[Le palais à 4 heures du matin], 1932</strong><br /><br />Huile sur carton et traces de crayon, 49,3 x 55,1 cm<br /><br /><em>Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 1994-0575</em><br /><br />© Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)</p>

    [Le palais à 4 heures du matin], 1932

    Huile sur carton et traces de crayon, 49,3 x 55,1 cm

    Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 1994-0575

    © Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)

    <p><strong>[Le palais à 4 heures du matin], 1932</strong><br /><br />Huile sur carton et traces de crayon, 49,3 x 55,1 cm<br /><br /><em>Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 1994-0575</em><br /><br />© Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)</p>
  • <p><strong>Femme qui marche I, 1932 (version de 1936)</strong><br /><br />Bronze, 150,3 x 27,7 x 38,4 cm<br /><br />Fonte 1972, épreuve d’artiste<br /><br /><em>Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 1994-0138</em><br /><br />© Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)</p>

    Femme qui marche I, 1932 (version de 1936)

    Bronze, 150,3 x 27,7 x 38,4 cm

    Fonte 1972, épreuve d’artiste

    Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 1994-0138

    © Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)

    <p><strong>Femme qui marche I, 1932 (version de 1936)</strong><br /><br />Bronze, 150,3 x 27,7 x 38,4 cm<br /><br />Fonte 1972, épreuve d’artiste<br /><br /><em>Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 1994-0138</em><br /><br />© Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)</p>
  • <p><strong>Boule suspendue, 1931, (version de 1965)</strong><br /><br />Plâtre et métal, 60,6 x 35,6 x 36,1 cm<br /><br /><em>Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 1994-0250</em><br /><br />© Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)</p>

    Boule suspendue, 1931, (version de 1965)

    Plâtre et métal, 60,6 x 35,6 x 36,1 cm

    Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 1994-0250

    © Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)

    <p><strong>Boule suspendue, 1931, (version de 1965)</strong><br /><br />Plâtre et métal, 60,6 x 35,6 x 36,1 cm<br /><br /><em>Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 1994-0250</em><br /><br />© Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)</p>

OBJETS

La création d’objets d’art décoratif montre l’intérêt de Giacometti pour les objets utilitaires qu’il admirait dans les sociétés antiques ou primitives. En 1931, Giacometti avait créé une nouvelle typologie de sculptures, les « objets mobiles et muets » : des objets au mouvement latent et suggéré, qu’il faisait exécuter en bois par un menuisier. Comme l’Objet désagréable ou l’Objet désagréable à jeter, la Boule suspendue établit un pont entre l’objet et la sculpture et interroge le statut même de l’œuvre d’art. Dans certaines de ces sculptures, Giacometti recourt pour la première fois au procédé de la « cage », qui lui permet de délimiter un espace onirique de représentation. A partir de 1930, Giacometti crée de nombreux objets utilitaires : lampes, vases, appliques qui étaient vendus par le décorateur d’avant-garde Jean-Michel Frank. Il conçut aussi des bas-reliefs en plâtre ou en terre-cuite pour des commandes spéciales, notamment pour l’hôtel particulier des Louis-Dreyfus à Paris. En 1939, il est l’un des artistes sollicités pour une grande commande d’un collectionneur argentin pour lequel il dessina des cheminées, des lustres, des consoles. Juste avant l’envoi à Buenos Aires, le décor complet, coordonné par Jean-Michel Frank, est installé dans une maquette à grandeur réelle à Paris. Après la guerre, Giacometti continue à créer d’autres objets dont une lampe en 1950, inspirée de la statuaire dogon et des objets funéraires égyptiens, ou un foulard en 1959 pour une commande de son galeriste Aimé Maeght.

  • <p><strong>Vide-poche, vers 1930-1931</strong><br /><br />Plâtre peint, 17,3 x 22 x 29,2 cm<br /><br /><em>Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 1994-0447</em><br /><br />© Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)</p>

    Vide-poche, vers 1930-1931

    Plâtre peint, 17,3 x 22 x 29,2 cm

    Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 1994-0447

    © Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)

    <p><strong>Vide-poche, vers 1930-1931</strong><br /><br />Plâtre peint, 17,3 x 22 x 29,2 cm<br /><br /><em>Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 1994-0447</em><br /><br />© Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)</p>
  • <p><strong>Objet désagréable, 1931</strong><br /><br />Bronze, 15,1 x 47,9 x 11,8 cm<br /> <br />Fonte 1961, sans numéro (épreuve Fondation Alberto et Annette Giacometti)<br /><br /><em>Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 1994-0018</em><br /><br />© Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)</p>

    Objet désagréable, 1931

    Bronze, 15,1 x 47,9 x 11,8 cm

    Fonte 1961, sans numéro (épreuve Fondation Alberto et Annette Giacometti)

    Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 1994-0018

    © Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)

    <p><strong>Objet désagréable, 1931</strong><br /><br />Bronze, 15,1 x 47,9 x 11,8 cm<br /> <br />Fonte 1961, sans numéro (épreuve Fondation Alberto et Annette Giacometti)<br /><br /><em>Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 1994-0018</em><br /><br />© Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)</p>
  • <p><strong>Objet désagréable à jeter, 1931</strong><br /><br />Bronze, 22,8 x 34,3 x 25,9 cm<br /><br />Fonte vers 1975, 4/6<br /><br /><em>Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 2004-0002</em><br /><br />© Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)</p>

    Objet désagréable à jeter, 1931

    Bronze, 22,8 x 34,3 x 25,9 cm

    Fonte vers 1975, 4/6

    Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 2004-0002

    © Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)

    <p><strong>Objet désagréable à jeter, 1931</strong><br /><br />Bronze, 22,8 x 34,3 x 25,9 cm<br /><br />Fonte vers 1975, 4/6<br /><br /><em>Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 2004-0002</em><br /><br />© Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)</p>
  • <p><strong>Photographie de la Lampe modèle « tête » (vers 1933-1934) en plâtre</strong><br /><br />Tirage argentique, 23,80 x 17,80 cm<br /><br /><em>Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 2003-3723</em><br /><br />© Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)</p>

    Photographie de la Lampe modèle « tête » (vers 1933-1934) en plâtre

    Tirage argentique, 23,80 x 17,80 cm

    Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 2003-3723

    © Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)

    <p><strong>Photographie de la Lampe modèle « tête » (vers 1933-1934) en plâtre</strong><br /><br />Tirage argentique, 23,80 x 17,80 cm<br /><br /><em>Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 2003-3723</em><br /><br />© Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)</p>
  • <p><strong>Photographie du vase balustre [modèle A] en plâtre</strong><br /><br />Tirage argentique, 23,80 x 17,20 cm<br /><br /><em>Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 2009-0201</em><br /><br />© Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)</p>

    Photographie du vase balustre [modèle A] en plâtre

    Tirage argentique, 23,80 x 17,20 cm

    Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 2009-0201

    © Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)

    <p><strong>Photographie du vase balustre [modèle A] en plâtre</strong><br /><br />Tirage argentique, 23,80 x 17,20 cm<br /><br /><em>Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 2009-0201</em><br /><br />© Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)</p>

QU’EST-CE QU’UNE TÊTE ? LES DIMENSIONS DE LA REPRÉSENTATION

La question de la tête humaine fut le sujet central de la recherche de Giacometti toute sa vie, et la raison de son exclusion du groupe surréaliste en 1935. Pour lui, à cette date, la représentation d’une tête, qui semblait un sujet banal, était loin d’être résolue. La tête et surtout les yeux sont le siège de l’être humain et de la vie dont le mystère le fascine. Après la Tête-crâne de 1934, élaborée après la mort de son père Giovanni en 1933, ses multiples variations sur les têtes montrent que le sujet ne peut être épuisé, d’autant que s’y conjugue la question de l’échelle : pour Giacometti, rendre sa vision avec exactitude c’est aussi donner la distance avec laquelle le sujet a été regardé. Dans les années trente, les modèles de ses recherches sur la tête sont son frère Diego, une amie artiste anglaise Isabel (Delmer) et un modèle professionnel, Rita (Gueyfier). Isabel, vue de loin au Quartier Latin, est le sujet d’une de ses toutes premières figurines miniatures. Après son retour à Paris en septembre 1945, Giacometti démontre à nouveau que la monumentalité est dissociée de la taille, en exécutant des portraits de petit format de personnalités importantes : la mécène Marie-Laure de Noailles, l’écrivain Simone de Beauvoir qu’il a rencontrée en 1941, et, à la demande de Louis Aragon, le héros de la Résistance Rol-Tanguy.

  • <p><strong>Tête-crâne, 1934</strong><br /><br />Plâtre rehaussé au crayon, 18,3 x 19,9 x 22,1 cm<br /> <br /><em>Fondation Aberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 1994-0393</em><br /><br />© Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)</p>

    Tête-crâne, 1934

    Plâtre rehaussé au crayon, 18,3 x 19,9 x 22,1 cm

    Fondation Aberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 1994-0393

    © Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)

    <p><strong>Tête-crâne, 1934</strong><br /><br />Plâtre rehaussé au crayon, 18,3 x 19,9 x 22,1 cm<br /> <br /><em>Fondation Aberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 1994-0393</em><br /><br />© Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)</p>
  • <p><strong>Tête de femme [Rita], vers 1935</strong><br /><br />Bois réhaussé au crayon, 17,6 x 7 x 8,6 cm<br /><br /><em>Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 1994-0456</em><br /><br />© Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)</p>

    Tête de femme [Rita], vers 1935

    Bois réhaussé au crayon, 17,6 x 7 x 8,6 cm

    Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 1994-0456

    © Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)

    <p><strong>Tête de femme [Rita], vers 1935</strong><br /><br />Bois réhaussé au crayon, 17,6 x 7 x 8,6 cm<br /><br /><em>Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 1994-0456</em><br /><br />© Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)</p>
  • <p><strong>Tête d'Isabel, 1936</strong><br /><br />Plâtre, 30,3 x 23,5 x 21,9 cm<br /><br /><em>Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 1994-0343</em><br /><br />© Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)</p>

    Tête d'Isabel, 1936

    Plâtre, 30,3 x 23,5 x 21,9 cm

    Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 1994-0343

    © Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)

    <p><strong>Tête d'Isabel, 1936</strong><br /><br />Plâtre, 30,3 x 23,5 x 21,9 cm<br /><br /><em>Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 1994-0343</em><br /><br />© Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)</p>
  • <p><strong>Tête d'Isabel, vers 1938-1939</strong><br /><br />Plâtre rehaussé au crayon, 21,6 x 16 x 17,4 cm<br /><br /><em>Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 1994-0344</em><br /><br />© Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)</p>

    Tête d'Isabel, vers 1938-1939

    Plâtre rehaussé au crayon, 21,6 x 16 x 17,4 cm

    Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 1994-0344

    © Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)

    <p><strong>Tête d'Isabel, vers 1938-1939</strong><br /><br />Plâtre rehaussé au crayon, 21,6 x 16 x 17,4 cm<br /><br /><em>Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 1994-0344</em><br /><br />© Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)</p>

UNE FEMME COMME UN ARBRE, UNE TÊTE COMME UNE PIERRE

C’est en Suisse où il s’abrita pendant la période de la guerre que Giacometti conçoit en 1944-45 la sculpture qui sera le prototype de ses figures debout d’après-guerre : la Femme au chariot, qui représente l’image, de mémoire, de son amie anglaise, Isabel. Debout, faisant face et les bras le long du corps, le visage sans expression, cette sculpture est exemplaire de la recherche de Giacometti de 1945 à 1965 sur l’espace de la représentation : les figures sont placées sur des socles qui les isolent du sol, ou inscrites dans des « cages » qui dessinent un espace virtuel. Certaines compositions comme « la Clairière » sont posées sur des plateaux en lévitation – il s’agit, là aussi, d’établir un espace parallèle au nôtre. Les figures féminines debout sont des silhouettes allusives, réduites parfois à un trait, et toujours approchées par étapes successives qui se traduisent par des séries. Les Quatre femmes sur socle et les Quatre figurines sur piédestal sont deux propositions de quatre femmes debout vues à des distances et dans des circonstances différentes. Avec les Trois hommes qui marchent, Giacometti cherche à saisir en sculpture la vision fugitive de figures en mouvement. En 1950, Giacometti réalise une série de sculptures qui traduisent l’image d’une clairière où les arbres seraient des femmes et les pierres des têtes d’homme, image qu’il poussera plus tard jusqu’à son point ultime, en grandeur réelle.

  • <p><strong>Alberto Giacometti tenant <em>Trois hommes qui marchent I (grand plateau)</em>, 1948, bronze</strong><br /><br />Tirage argentique, 11,90 x 17,20 cm<br /><br /><em>Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 2003-3697</em><br /><br />© Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)</p>

    Alberto Giacometti tenant Trois hommes qui marchent I (grand plateau), 1948, bronze

    Tirage argentique, 11,90 x 17,20 cm

    Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 2003-3697

    © Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)

    <p><strong>Alberto Giacometti tenant <em>Trois hommes qui marchent I (grand plateau)</em>, 1948, bronze</strong><br /><br />Tirage argentique, 11,90 x 17,20 cm<br /><br /><em>Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 2003-3697</em><br /><br />© Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)</p>
  • <p><strong>La forêt, 1950</strong><br /><br />Bronze, 57 x 61 x 47,3 cm<br /> <br />Fonte 2007, épreuve Fondation A . A. Giacometti<br /><br /><em>Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 2007-0200</em><br /><br />© Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)</p>

    La forêt, 1950

    Bronze, 57 x 61 x 47,3 cm

    Fonte 2007, épreuve Fondation A . A. Giacometti

    Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 2007-0200

    © Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)

    <p><strong>La forêt, 1950</strong><br /><br />Bronze, 57 x 61 x 47,3 cm<br /> <br />Fonte 2007, épreuve Fondation A . A. Giacometti<br /><br /><em>Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 2007-0200</em><br /><br />© Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)</p>
  • <p><strong>Quatre figurines sur piédestal (Version B), 1950 et 1965</strong><br /><br />Bronze, 145,50 x 41,50 x 32 cm<br /><br />Piédestal : Fonte Alexis Rudier (1951), 5/6<br /><br />Figurines : Fonte Susse (1965), Fondation A. A. Giacometti<br /><br /><em>Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 1994-0024 et 1994-0029</em><br /><br />© Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)</p>

    Quatre figurines sur piédestal (Version B), 1950 et 1965

    Bronze, 145,50 x 41,50 x 32 cm

    Piédestal : Fonte Alexis Rudier (1951), 5/6

    Figurines : Fonte Susse (1965), Fondation A. A. Giacometti

    Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 1994-0024 et 1994-0029

    © Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)

    <p><strong>Quatre figurines sur piédestal (Version B), 1950 et 1965</strong><br /><br />Bronze, 145,50 x 41,50 x 32 cm<br /><br />Piédestal : Fonte Alexis Rudier (1951), 5/6<br /><br />Figurines : Fonte Susse (1965), Fondation A. A. Giacometti<br /><br /><em>Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 1994-0024 et 1994-0029</em><br /><br />© Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)</p>
  • <p><strong>Quatre femmes sur socle, 1950</strong><br /><br />Bronze, 73,80 x 41,20 x 18,80 cm<br /><br />Fonte 2007, épreuve Fondation A . A. Giacometti<br /><br /><em>Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 2007-0198</em><br /><br />© Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)</p>

    Quatre femmes sur socle, 1950

    Bronze, 73,80 x 41,20 x 18,80 cm

    Fonte 2007, épreuve Fondation A . A. Giacometti

    Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 2007-0198

    © Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)

    <p><strong>Quatre femmes sur socle, 1950</strong><br /><br />Bronze, 73,80 x 41,20 x 18,80 cm<br /><br />Fonte 2007, épreuve Fondation A . A. Giacometti<br /><br /><em>Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 2007-0198</em><br /><br />© Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)</p>

FRAGMENTS ET VISIONS

Giacometti travaille le fragment comme évocation du tout, comme le surgissement d’une vision dans l’espace du spectateur. En 1921 et en 1946, il est le témoin de deux morts qui lui laissent un souvenir indélébile. Au chevet du premier mourant, il est fasciné par son nez qui lui semble s’allonger tandis que la vie s’échappe. Devant le cadavre du deuxième, il retient la tête jetée en arrière, la bouche ouverte, les membres squelettiques et la terreur ressentie à l’idée que le mort a envahi l’espace et que sa main puisse traverser les murs pour venir l’atteindre. Poursuivi par des visions de têtes en suspension dans le vide, il s’attache à les traduire en sculpture. Fasciné depuis l’enfance par le regard, il est renforcé dans l’impression que la vie se trouve dans les yeux. De cette époque, il déclare : « Je ne peux pas simultanément voir les yeux, les mains, les pieds d’une personne qui se tient à deux ou trois mètres devant moi, mais la seule partie que je regarde entraîne la sensation de l’existence du tout. »

  • <p><strong>[Autoportrait assis], vers 1934</strong><br /><br />Crayon sur papier, 31,8 x 24,8 cm<br /><br /><em>Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 1994-2671</em><br /><br />© Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)</p>

    [Autoportrait assis], vers 1934

    Crayon sur papier, 31,8 x 24,8 cm

    Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 1994-2671

    © Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)

    <p><strong>[Autoportrait assis], vers 1934</strong><br /><br />Crayon sur papier, 31,8 x 24,8 cm<br /><br /><em>Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 1994-2671</em><br /><br />© Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)</p>
  • <p><strong>[Annette], vers 1952</strong><br /><br />Huile sur toile, 47,2 x 33,8 cm<br /><br /><em>Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 1994-0596</em><br /><br />© Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)</p>

    [Annette], vers 1952

    Huile sur toile, 47,2 x 33,8 cm

    Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 1994-0596

    © Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)

    <p><strong>[Annette], vers 1952</strong><br /><br />Huile sur toile, 47,2 x 33,8 cm<br /><br /><em>Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 1994-0596</em><br /><br />© Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)</p>
  • <p><strong>[Tête d'homme sur socle], vers 1949-1951</strong><br /><br />Plâtre peint, 22,3 x 7,5 x 9,5 cm<br /><br /><em>Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 1994-0425</em><br /><br />© Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)</p>

    [Tête d'homme sur socle], vers 1949-1951

    Plâtre peint, 22,3 x 7,5 x 9,5 cm

    Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 1994-0425

    © Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)

    <p><strong>[Tête d'homme sur socle], vers 1949-1951</strong><br /><br />Plâtre peint, 22,3 x 7,5 x 9,5 cm<br /><br /><em>Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 1994-0425</em><br /><br />© Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)</p>
  • <p><strong>Le Nez, 1947 [version de 1949]</strong><br /><br />Bronze, 80,9 x 70,5 x 40,6 cm<br /><br />Fonte 1965, 0/6<br /><br /><em>Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 1994-0017</em><br /><br />© Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)</p>

    Le Nez, 1947 [version de 1949]

    Bronze, 80,9 x 70,5 x 40,6 cm

    Fonte 1965, 0/6

    Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 1994-0017

    © Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)

    <p><strong>Le Nez, 1947 [version de 1949]</strong><br /><br />Bronze, 80,9 x 70,5 x 40,6 cm<br /><br />Fonte 1965, 0/6<br /><br /><em>Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 1994-0017</em><br /><br />© Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)</p>

ÉCHANGES ET RENCONTRES

Jean-Paul Sartre, que Giacometti rencontre en 1941, est l’auteur de deux essais fondamentaux sur l’art de Giacometti publiés en 1948 et en 1954, sur la question de la perception. Tout aussi importantes sont ses conversations avec le traducteur japonais de Sartre, Isaku Yanaihara, professeur de philosophie qui posa pour lui de 1956 à 1961. En 1948, l’Etat français qui souhaitait honorer les intellectuels et artistes français, avait passé commande à Giacometti d’une médaille consacrée à Jean-Paul Sartre ; cette médaille ne fut pas exécutée, il n’en reste que des dessins. De 1951 à sa mort, Giacometti exécute une série de « têtes noires », qui avec quelques têtes sculptées anonymes, donnent corps au concept d’homme « générique », que Sartre résumera en 1964 dans son roman Les Mots par la formule : « Tout un homme, fait de tous les hommes et qui les vaut tous et que vaut n’importe qui. » C’est la contribution capitale de Giacometti à l’histoire du portrait au XXème siècle.

  • <p><strong>[Jean-Paul Sartre accoudé], vers 1949</strong><br />Crayon retravaillé à la gomme abrasive sur papier, 29,3 x 22,5 cm<br /><br /><em>Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 1994-2080</em><br /><br />© Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)</p>

    [Jean-Paul Sartre accoudé], vers 1949
    Crayon retravaillé à la gomme abrasive sur papier, 29,3 x 22,5 cm

    Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 1994-2080

    © Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)

    <p><strong>[Jean-Paul Sartre accoudé], vers 1949</strong><br />Crayon retravaillé à la gomme abrasive sur papier, 29,3 x 22,5 cm<br /><br /><em>Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 1994-2080</em><br /><br />© Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)</p>
  • <p><strong>[Jean-Paul Sartre de profil], vers 1949</strong><br />Crayon retravaillé à la gomme abrasive sur papier, 29,3 x 22,5 cm<br /><br /><em>Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 1994-2129</em><br /><br />© Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)</p>

    [Jean-Paul Sartre de profil], vers 1949
    Crayon retravaillé à la gomme abrasive sur papier, 29,3 x 22,5 cm

    Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 1994-2129

    © Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)

    <p><strong>[Jean-Paul Sartre de profil], vers 1949</strong><br />Crayon retravaillé à la gomme abrasive sur papier, 29,3 x 22,5 cm<br /><br /><em>Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 1994-2129</em><br /><br />© Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)</p>
  • <p><strong>[Yanaihara de profil], 16 ou 18 octobre 1956</strong><br />Huile sur toile, 73 x 60 cm<br /><br /><em>Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 1994-0620</em><br /><br />© Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)</p>

    [Yanaihara de profil], 16 ou 18 octobre 1956
    Huile sur toile, 73 x 60 cm

    Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 1994-0620

    © Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)

    <p><strong>[Yanaihara de profil], 16 ou 18 octobre 1956</strong><br />Huile sur toile, 73 x 60 cm<br /><br /><em>Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 1994-0620</em><br /><br />© Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)</p>
  • <p><strong>[Buste d'homme sur double socle], vers 1948-1949</strong><br />Plâtre retravaillé au canif, 55 x 13 x 16 cm<br /><br /><em>Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 1994-0271</em><br /><br />© Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)</p>

    [Buste d'homme sur double socle], vers 1948-1949
    Plâtre retravaillé au canif, 55 x 13 x 16 cm

    Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 1994-0271

    © Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)

    <p><strong>[Buste d'homme sur double socle], vers 1948-1949</strong><br />Plâtre retravaillé au canif, 55 x 13 x 16 cm<br /><br /><em>Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 1994-0271</em><br /><br />© Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)</p>
  • <p><strong>[Tête noire], vers 1957-1959</strong><br />Huile sur toile, 81,4 x 65 cm<br /><br /><em>Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 1994-0589</em><br /><br />© Succession Giacometti (Fondation Giacometti, Paris et ADAGP, Paris)</p>

    [Tête noire], vers 1957-1959
    Huile sur toile, 81,4 x 65 cm

    Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 1994-0589

    © Succession Giacometti (Fondation Giacometti, Paris et ADAGP, Paris)

    <p><strong>[Tête noire], vers 1957-1959</strong><br />Huile sur toile, 81,4 x 65 cm<br /><br /><em>Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 1994-0589</em><br /><br />© Succession Giacometti (Fondation Giacometti, Paris et ADAGP, Paris)</p>
  • <p><strong>[Buste d'homme sur socle], vers 1947</strong><br />Bronze, 54,80 x 11,40 x 10,10 cm<br /><br /><em>Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 1994-0090</em><br /><br />© Succession Giacometti (Fondation Giacometti, Paris et ADAGP, Paris)</p>

    [Buste d'homme sur socle], vers 1947
    Bronze, 54,80 x 11,40 x 10,10 cm

    Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 1994-0090

    © Succession Giacometti (Fondation Giacometti, Paris et ADAGP, Paris)

    <p><strong>[Buste d'homme sur socle], vers 1947</strong><br />Bronze, 54,80 x 11,40 x 10,10 cm<br /><br /><em>Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 1994-0090</em><br /><br />© Succession Giacometti (Fondation Giacometti, Paris et ADAGP, Paris)</p>

PORTRAITS ET MODÈLES

Les portraits de Giacometti, peints et sculptés, sont la traduction du modèle en tant qu’irréductible altérité, jamais saisissable dans son intégralité. Dégagés de toute émotion ou expression, ces portraits sont le réceptacle de ce que le spectateur y apporte. Pour l’artiste, il s’agit de capter et rendre la vie frémissante du modèle et non sa psychologie. La cuisinière de sa mère, Rita, devient sous le pinceau de Giacometti un personnage hiératique dégagé de tout contexte sociologique.

Ses modèles favoris sont ceux qui vivent à ses côtés : Annette, son épouse depuis 1949, et Diego, son frère et assistant, qui servent de support à ses recherches les plus avancées. Travaillant de mémoire, il fait surgir leur image au sein d’un espace imaginaire. Travaillant d’après modèle, il refuse la perspective classique pour restituer le modèle posant tel qu’il le voit – dans son aspect parcellaire ou déformé, toujours changeant. Leurs traits distinctifs se dissolvent et parfois se fondent, ou se réduisent à l’essentiel. Giacometti représente aussi des modèles occasionnels, à condition qu’ils acceptent de poser pendant des heures devant son pinceau : l’industriel et collectionneur anglais Sir Robert Sainsbury, l’intellectuelle raffinée Paola Carola-Thorel, l’artiste Pierre Josse. Chaque séance de pose suscite une nouvelle succession de perceptions, qui l’artiste cherche à accumuler sous son pinceau. Caroline, jolie femme à la personnalité complexe qui fréquente le milieu du banditisme et pose à partir de 1960, est présentée sous trois aspects très différents : déesse lointaine, figure totémique et dangereuse, beauté sculpturale.

  • <p><strong>[Rita], vers 1965</strong><br /> <br />Huile sur toile, 70 x 50,2 cm<br /><br /><em>Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 1994-0626</em><br /><br />© Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)</p>

    [Rita], vers 1965

    Huile sur toile, 70 x 50,2 cm

    Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 1994-0626

    © Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)

    <p><strong>[Rita], vers 1965</strong><br /> <br />Huile sur toile, 70 x 50,2 cm<br /><br /><em>Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 1994-0626</em><br /><br />© Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)</p>
  • <p><strong>[Caroline assise en pied], vers 1964-1965</strong><br /> <br />Huile sur toile, 130 x 89 cm<br /><br /><em>Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 1994-0637</em><br /><br />© Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)</p>

    [Caroline assise en pied], vers 1964-1965

    Huile sur toile, 130 x 89 cm

    Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 1994-0637

    © Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)

    <p><strong>[Caroline assise en pied], vers 1964-1965</strong><br /> <br />Huile sur toile, 130 x 89 cm<br /><br /><em>Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 1994-0637</em><br /><br />© Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)</p>
  • <p><strong>Caroline en larmes, 1962</strong><br /> <br />Huile sur toile, 100 x 73 cm<br /><br /><em>Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 1994-0638</em><br /><br />© Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)</p>

    Caroline en larmes, 1962

    Huile sur toile, 100 x 73 cm

    Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 1994-0638

    © Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)

    <p><strong>Caroline en larmes, 1962</strong><br /> <br />Huile sur toile, 100 x 73 cm<br /><br /><em>Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 1994-0638</em><br /><br />© Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)</p>
  • <p><strong>Buste d’Annette VIII, 1962</strong><br /><br />Bronze, 59 x 26,70 x 22,80 cm<br /><br />Fonte Susse (1965), 0/6<br /><br /><em>Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 1994-0003</em><br /><br />© Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)</p>

    Buste d’Annette VIII, 1962

    Bronze, 59 x 26,70 x 22,80 cm

    Fonte Susse (1965), 0/6

    Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 1994-0003

    © Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)

    <p><strong>Buste d’Annette VIII, 1962</strong><br /><br />Bronze, 59 x 26,70 x 22,80 cm<br /><br />Fonte Susse (1965), 0/6<br /><br /><em>Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 1994-0003</em><br /><br />© Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)</p>
  • <p><strong>[Buste de Diego], 1964</strong><br /><br />Bronze, 49,8 x 22 x 18,5 cm<br /> <br />Fonte 1968, épreuve Fondation Alberto et Annette Giacometti<br /><br /><em>Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 1994-0070</em><br /><br />© Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)</p>

    [Buste de Diego], 1964

    Bronze, 49,8 x 22 x 18,5 cm

    Fonte 1968, épreuve Fondation Alberto et Annette Giacometti

    Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 1994-0070

    © Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)

    <p><strong>[Buste de Diego], 1964</strong><br /><br />Bronze, 49,8 x 22 x 18,5 cm<br /> <br />Fonte 1968, épreuve Fondation Alberto et Annette Giacometti<br /><br /><em>Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 1994-0070</em><br /><br />© Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)</p>
  • <p><strong>[Sir Robert Sainsbury en buste], vers 1958</strong><br /><br />Huile sur toile, 60,9 x 46,1 cm<br /><br /><em>Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 1994-0631</em><br /><br />© Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)</p>

    [Sir Robert Sainsbury en buste], vers 1958

    Huile sur toile, 60,9 x 46,1 cm

    Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 1994-0631

    © Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)

    <p><strong>[Sir Robert Sainsbury en buste], vers 1958</strong><br /><br />Huile sur toile, 60,9 x 46,1 cm<br /><br /><em>Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 1994-0631</em><br /><br />© Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)</p>

CINQUANTE ANS D’ESTAMPES

Giacometti a réalisé ses premières estampes, des gravures sur bois, aux côtés de son père alors qu’il est encore un écolier. Au cours de sa vie, Giacometti pratiqua toutes les techniques de l’estampe: bois, burin, eau-forte, aquatinte et surtout la lithographie, à partir de 1949. Témoin du mariage d’André Breton en 1934, il illustre le recueil offert par le poète à sa jeune épouse, L’Air de l’eau. Grand amateur de livres et ami de nombreux écrivains et poètes, Giacometti illustra aussi les écrits de René Crevel (Les Pieds dans le Plat, 1933), Georges Bataille (Histoire de rats, 1947), Michel Leiris (Vivantes cendres, innommées, 1961) ou René Char (Retour Amont, 1965). A partir de 1951, il réalise des planches lithographiques éditées séparément par la galerie Maeght. Giacometti a toujours été un partisan de la diffusion de son œuvre grâce à l’édition de qualité, qu’il s’agisse de ses objets d’art décoratif par la fonte en bronze ou de ses dessins au moyen de l’estampe. La lithographie est un médium qui se prête bien à cette diffusion, surtout à partir de 1961 quand le prix de ses autres œuvres devient très élevé. La lithographie par report du dessin sur plaque de zinc offre en outre l’avantage de ne nécessiter qu’un matériel léger et maniable : du papier spécial et un crayon lithographique qui laisse toute sa spontanéité au trait. L’artiste peut ainsi sortir de l’atelier dans la rue et croquer sa ville, les terrasses des cafés, le métro aérien, les chantiers de modernisation comme l’aéroport d’Orly, l’imprimerie du lithographe, pour revenir à l’atelier. Ce sera le sujet de Paris sans fin, recueil de 150 estampes commandé par l’éditeur Tériade, auquel Giacometti travaille à partir de 1959 et qui ne sera publié qu’après sa mort prématurée.

  • <p><strong>[Squelette dans une cage et hippocampe], frontispice pour René Crevel, <em>Les Pieds dans le plat</em>, Paris, 1933</strong><br /><br />Burin sur vélin, 18,8 x 12,1 cm<br /><br /><em>Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 1994-2455</em><br /><br />© Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)</p>

    [Squelette dans une cage et hippocampe], frontispice pour René Crevel, Les Pieds dans le plat, Paris, 1933

    Burin sur vélin, 18,8 x 12,1 cm

    Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 1994-2455

    © Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)

    <p><strong>[Squelette dans une cage et hippocampe], frontispice pour René Crevel, <em>Les Pieds dans le plat</em>, Paris, 1933</strong><br /><br />Burin sur vélin, 18,8 x 12,1 cm<br /><br /><em>Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 1994-2455</em><br /><br />© Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)</p>
  • <p><strong>[Composition I], planche pour le portfolio d'Anatole Jakovsky, 23 gravures, Paris: H. Orobitz, 1935</strong><br /><br />Burin, 32,5 x 24,9 cm<br /><br /><em>Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 2006-0783</em><br /><br />© Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)</p>

    [Composition I], planche pour le portfolio d'Anatole Jakovsky, 23 gravures, Paris: H. Orobitz, 1935

    Burin, 32,5 x 24,9 cm

    Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 2006-0783

    © Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)

    <p><strong>[Composition I], planche pour le portfolio d'Anatole Jakovsky, 23 gravures, Paris: H. Orobitz, 1935</strong><br /><br />Burin, 32,5 x 24,9 cm<br /><br /><em>Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 2006-0783</em><br /><br />© Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)</p>
  • <p><strong>Michel Leiris [de face V], 1958-1960 pour Michel Leiris, <em>Vivantes cendres, innommées</em>, Paris 1961</strong><br /><br />Eau-forte sur vélin, 45,2 x 31,5 cm<br /><br /><em>Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 1994-2628-6</em><br /><br />© Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)</p>

    Michel Leiris [de face V], 1958-1960 pour Michel Leiris, Vivantes cendres, innommées, Paris 1961

    Eau-forte sur vélin, 45,2 x 31,5 cm

    Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 1994-2628-6

    © Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)

    <p><strong>Michel Leiris [de face V], 1958-1960 pour Michel Leiris, <em>Vivantes cendres, innommées</em>, Paris 1961</strong><br /><br />Eau-forte sur vélin, 45,2 x 31,5 cm<br /><br /><em>Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 1994-2628-6</em><br /><br />© Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)</p>
  • <p><strong>[Terrasse de café I], vers 1958 - 1965, planche 123 de <em>Paris sans fin</em>, Paris (1969)</strong><br /><br />Lithographie sur vélin d'Arches, 42,5 x 32,5 cm<br /><br /><em>Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 1994-0839-123</em><br /><br />© Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)</p>

    [Terrasse de café I], vers 1958 - 1965, planche 123 de Paris sans fin, Paris (1969)

    Lithographie sur vélin d'Arches, 42,5 x 32,5 cm

    Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 1994-0839-123

    © Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)

    <p><strong>[Terrasse de café I], vers 1958 - 1965, planche 123 de <em>Paris sans fin</em>, Paris (1969)</strong><br /><br />Lithographie sur vélin d'Arches, 42,5 x 32,5 cm<br /><br /><em>Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 1994-0839-123</em><br /><br />© Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)</p>

PAYSAGES

Giacometti met en place un système d’équivalences entre la figure humaine et la nature : les bustes sont des montagnes, les figures debout sont des arbres, les têtes sont des pierres. La montagne, sous la lumière du soleil, vibre d’une pulsation qui ressemble à une respiration. Comme l’arbre, l’être humain est pris dans un processus de croissance et de mort qui ne peut jamais être arrêté. Ce thème orne la porte que Giacometti achève en 1956 pour le caveau funéraire de la famille Kaufmann en Pennsylvanie (Etats-Unis). En 1958, en proie à une vision nocturne, il peint dans l’urgence un tableau qui réunit homme, arbre et montagne qui reprend cette trilogie. Mais pour Giacometti, c’est surtout le quotidien le plus ordinaire qui recèle de l’inconnu et du merveilleux. Il observe que le paysage qu’il peint depuis la fenêtre de son atelier à Stampa ne cesse de changer et qu’il pourrait « passer toutes les journées devant le même jardin, les mêmes arbres et le même fond », ou à Paris devant le petit pavillon qu’il peint depuis sa porte de l’autre côté de la rue. Il s’émerveille de « tous les beaux paysages à faire sans changer de place, le paysage le plus quelconque, le plus anonyme, le plus banal et le plus beau qu’on puisse voir »

  • <p><strong>[Homme, arbre et montagne], 1958</strong><br />Huile sur toile, 60 x 80 cm<br /><br /><em>Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 1994-0588</em><br /><br />© Succession Giacometti (Fondation Giacometti, Paris et ADAGP, Paris)</p>

    [Homme, arbre et montagne], 1958
    Huile sur toile, 60 x 80 cm

    Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 1994-0588

    © Succession Giacometti (Fondation Giacometti, Paris et ADAGP, Paris)

    <p><strong>[Homme, arbre et montagne], 1958</strong><br />Huile sur toile, 60 x 80 cm<br /><br /><em>Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 1994-0588</em><br /><br />© Succession Giacometti (Fondation Giacometti, Paris et ADAGP, Paris)</p>
  • <p><strong>Alberto Giacometti peignant la rue Hippolyte Maindron depuis la cour de l'atelier, été 1952</strong><br /><br />Tirage argentique sur papier, 24,7 x 20 cm<br /><br /><em>Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 2003-1746</em><br /><br />Photo : Roger Montandon © Succession Giacometti (Fondation Giacometti, Paris et ADAGP, Paris)</p>

    Alberto Giacometti peignant la rue Hippolyte Maindron depuis la cour de l'atelier, été 1952

    Tirage argentique sur papier, 24,7 x 20 cm

    Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 2003-1746

    Photo : Roger Montandon © Succession Giacometti (Fondation Giacometti, Paris et ADAGP, Paris)

    <p><strong>Alberto Giacometti peignant la rue Hippolyte Maindron depuis la cour de l'atelier, été 1952</strong><br /><br />Tirage argentique sur papier, 24,7 x 20 cm<br /><br /><em>Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 2003-1746</em><br /><br />Photo : Roger Montandon © Succession Giacometti (Fondation Giacometti, Paris et ADAGP, Paris)</p>
  • <p><strong>Porte du tombeau Kaufmann, 1956</strong><br />Bronze, 222,5 x 85,5 x 9,5 cm<br /><br />Fonte 1957, épreuve d'artiste<br /><br /><em>Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 1994-0026</em><br /><br />© Succession Giacometti (Fondation Giacometti, Paris et ADAGP, Paris)</p>

    Porte du tombeau Kaufmann, 1956
    Bronze, 222,5 x 85,5 x 9,5 cm

    Fonte 1957, épreuve d'artiste

    Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 1994-0026

    © Succession Giacometti (Fondation Giacometti, Paris et ADAGP, Paris)

    <p><strong>Porte du tombeau Kaufmann, 1956</strong><br />Bronze, 222,5 x 85,5 x 9,5 cm<br /><br />Fonte 1957, épreuve d'artiste<br /><br /><em>Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 1994-0026</em><br /><br />© Succession Giacometti (Fondation Giacometti, Paris et ADAGP, Paris)</p>
  • <p><strong>Paysage noir [Stampa], 1952</strong><br />Huile sur toile, 50 x 53 cm<br /><br /><em>Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 1994-0616</em><br /><br />© Succession Giacometti (Fondation Giacometti, Paris et ADAGP, Paris)</p>

    Paysage noir [Stampa], 1952
    Huile sur toile, 50 x 53 cm

    Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 1994-0616

    © Succession Giacometti (Fondation Giacometti, Paris et ADAGP, Paris)

    <p><strong>Paysage noir [Stampa], 1952</strong><br />Huile sur toile, 50 x 53 cm<br /><br /><em>Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 1994-0616</em><br /><br />© Succession Giacometti (Fondation Giacometti, Paris et ADAGP, Paris)</p>
  • <p><strong>[Paysage à Stampa], vers 1961</strong><br />Huile sur toile, 68,8 x 60 cm<br /><br /><em>Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 1994-0625</em><br /><br />© Succession Giacometti (Fondation Giacometti, Paris et ADAGP, Paris)</p>

    [Paysage à Stampa], vers 1961
    Huile sur toile, 68,8 x 60 cm

    Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 1994-0625

    © Succession Giacometti (Fondation Giacometti, Paris et ADAGP, Paris)

    <p><strong>[Paysage à Stampa], vers 1961</strong><br />Huile sur toile, 68,8 x 60 cm<br /><br /><em>Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 1994-0625</em><br /><br />© Succession Giacometti (Fondation Giacometti, Paris et ADAGP, Paris)</p>

MONUMENT

Giacometti est invité en décembre 1958, grâce à son galeriste Pierre Matisse, à soumettre un projet pour un monument à installer sur la place en construction devant le nouveau gratte-ciel de la Chase Manhattan Bank à New York. Gordon Bunshaft, l’architecte de cet ensemble urbain, lui envoie en février 1959 les dimensions pour exécuter une maquette de la place, afin d’aider Giacometti à imaginer l’espace car l’artiste n’a jamais mis les pieds aux Etats-Unis. Giacometti choisit de reprendre en grande taille les trois motifs qui hantent son œuvre depuis 1948 : une figure féminine debout géante, un grand homme qui marche et une tête monumentale posée au sol, disposés l’un par rapport à l’autre. Avec ce monument, il permet pour la première fois au spectateur d’entrer dans son monde merveilleux où les arbres sont des femmes et les pierres sont des têtes, clairière magique arpentée par les silhouettes fugaces d’hommes marchant. Finalement, le monument ne fut pas installé à New York, l’artiste ayant renoncé à concourir en 1961. Giacometti choisit d’éditer en bronze chacune des sculptures séparément et présenta une première version de cet ensemble à la Biennale de Venise en 1962. Sollicité par les Maeght, l’artiste travailla ensuite avec l’architecte de la Fondation Maeght, Josep Lluís Sert, pour en installer une version dans la cour du bâtiment surplombant une pinède sur la Côte d’Azur.

  • <p><strong>Projet pour la Chase Manhattan Plaza, 1959</strong><br />Bronze doré<br /><br />Fonte 1969, 0/6<br /><br /><em>Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 1994-0215</em><br /><br />© Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)</p>

    Projet pour la Chase Manhattan Plaza, 1959
    Bronze doré

    Fonte 1969, 0/6

    Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 1994-0215

    © Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)

    <p><strong>Projet pour la Chase Manhattan Plaza, 1959</strong><br />Bronze doré<br /><br />Fonte 1969, 0/6<br /><br /><em>Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 1994-0215</em><br /><br />© Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)</p>
  • <p><strong>L’homme qui marche I, 1960</strong><br />Bronze, 180,5 x 27 x 97 cm<br /><br />Fonte 1981, épreuve Fondation Alberto et Annette Giacometti<br /><br /><em>Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv.1994-0186</em><br /><br />© Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)</p>

    L’homme qui marche I, 1960
    Bronze, 180,5 x 27 x 97 cm

    Fonte 1981, épreuve Fondation Alberto et Annette Giacometti

    Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv.1994-0186

    © Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)

    <p><strong>L’homme qui marche I, 1960</strong><br />Bronze, 180,5 x 27 x 97 cm<br /><br />Fonte 1981, épreuve Fondation Alberto et Annette Giacometti<br /><br /><em>Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv.1994-0186</em><br /><br />© Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)</p>
  • <p><strong>Grande femme I, 1960</strong><br />Bronze, 272 x 34,9 x 54 cm<br /><br />Fonte 1981, épreuve Fondation Alberto et Annette Giacometti<br /><br /><em>Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 1994-0173</em><br /><br />© Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)</p>

    Grande femme I, 1960
    Bronze, 272 x 34,9 x 54 cm

    Fonte 1981, épreuve Fondation Alberto et Annette Giacometti

    Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 1994-0173

    © Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)

    <p><strong>Grande femme I, 1960</strong><br />Bronze, 272 x 34,9 x 54 cm<br /><br />Fonte 1981, épreuve Fondation Alberto et Annette Giacometti<br /><br /><em>Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 1994-0173</em><br /><br />© Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)</p>
  • <p><strong>Grande tête, 1960</strong><br />Bronze, 95 x 26 x 35 cm<br /><br />Fonte 1961, 4/6<br /><br /><em>Collection privée, New York (USA), AGD 1003</em><br /><br />© Succession Giacometti (Fondation Giacometti, Paris et ADAGP, Paris)</p>

    Grande tête, 1960
    Bronze, 95 x 26 x 35 cm

    Fonte 1961, 4/6

    Collection privée, New York (USA), AGD 1003

    © Succession Giacometti (Fondation Giacometti, Paris et ADAGP, Paris)

    <p><strong>Grande tête, 1960</strong><br />Bronze, 95 x 26 x 35 cm<br /><br />Fonte 1961, 4/6<br /><br /><em>Collection privée, New York (USA), AGD 1003</em><br /><br />© Succession Giacometti (Fondation Giacometti, Paris et ADAGP, Paris)</p>

LE DERNIER MODÈLE

Eli Lotar, cinéaste et photographe, est le dernier modèle masculin de Giacometti. Lotar avait fait partie de l’avant-garde surréaliste dans les années 1930. Après-guerre il ne connaît que des échecs et tombe dans la misère ; il vit alors de la générosité d’anciens amis comme Giacometti, qui lui donnait de l’argent en échange de menues courses ou de poses. Giorgio Soavi a ainsi décrit ces poses où Lotar devait conserver une immobilité absolue : « Le regard [de Giacometti] était parcouru d’étranges lueurs, son corps vibrait de tous ses membres, il ne suivait plus que les impulsions qui gouvernaient ses mains, ses bras, ses jambes: il était en extase. Observant attentivement les deux visages, je compris le secret qui permettait à Lotar de ne pas respirer : s’il était le modèle idéal de cette sculpture, c’est qu’Eli était mort. Il ne respirait pas, ne pensait pas, restait concentré au plus haut point. Un courant électrique reliait l’artiste au modèle, les englobant dans une réelle complicité. Ils jouaient ensemble, sans ballon, ni raquette, ni filet. » Dans ces sculptures, qui évoquent le reliquaire ou la statuaire égyptienne, celui qui est devenu un clochard est élevé à la dignité de prêtre. Jean Genet notait que, pour Giacometti, les femmes sont des déesses et les hommes des prêtres « appartenant à un très haut clergé », tous se rattachant « toujours à la même famille hautaine et sombre. Familière et très proche. Inaccessible ».

  • <p><strong>[Buste d'homme (Lotar II)], vers 1964-1965</strong><br /><br />Bronze, 57,8 x 38,2 x 25 cm<br /><br />Fonte 1969, épreuve Fondation Alberto et Annette Giacometti<br /><br /><em>Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 1994-0079</em><br /><br />© Succession Giacometti (Fondation Giacometti, Paris et ADAGP, Paris)</p>

    [Buste d'homme (Lotar II)], vers 1964-1965

    Bronze, 57,8 x 38,2 x 25 cm

    Fonte 1969, épreuve Fondation Alberto et Annette Giacometti

    Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 1994-0079

    © Succession Giacometti (Fondation Giacometti, Paris et ADAGP, Paris)

    <p><strong>[Buste d'homme (Lotar II)], vers 1964-1965</strong><br /><br />Bronze, 57,8 x 38,2 x 25 cm<br /><br />Fonte 1969, épreuve Fondation Alberto et Annette Giacometti<br /><br /><em>Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 1994-0079</em><br /><br />© Succession Giacometti (Fondation Giacometti, Paris et ADAGP, Paris)</p>
  • <p><strong>[Tête d'homme (Lotar I)], vers 1964-1965</strong><br /><br />Bronze, 25,50 x 28,20 x 13,20 cm<br /><br />Fonte 1969, 0/8<br /><br /><em>Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 1994-0072</em><br /><br />© Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)</p>

    [Tête d'homme (Lotar I)], vers 1964-1965

    Bronze, 25,50 x 28,20 x 13,20 cm

    Fonte 1969, 0/8

    Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 1994-0072

    © Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)

    <p><strong>[Tête d'homme (Lotar I)], vers 1964-1965</strong><br /><br />Bronze, 25,50 x 28,20 x 13,20 cm<br /><br />Fonte 1969, 0/8<br /><br /><em>Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 1994-0072</em><br /><br />© Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)</p>
  • <p><strong>[Buste d'homme assis (Lotar III)], 1965</strong><br /><br />Bronze, 65,7 x 28,5 x 36 cm<br /><br />Fonte 1969, 1/8<br /><br /><em>Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 1994-0081</em><br /><br />© Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)</p>

    [Buste d'homme assis (Lotar III)], 1965

    Bronze, 65,7 x 28,5 x 36 cm

    Fonte 1969, 1/8

    Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 1994-0081

    © Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)

    <p><strong>[Buste d'homme assis (Lotar III)], 1965</strong><br /><br />Bronze, 65,7 x 28,5 x 36 cm<br /><br />Fonte 1969, 1/8<br /><br /><em>Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 1994-0081</em><br /><br />© Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)</p>
  • <p><strong>[Buste d'homme assis (Lotar III)], 1965</strong><br /><br />Bronze, 65,7 x 28,5 x 36 cm<br /><br />Fonte 1969, 1/8<br /><br /><em>Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 1994-0081</em><br /><br />© Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)</p>

    [Buste d'homme assis (Lotar III)], 1965

    Bronze, 65,7 x 28,5 x 36 cm

    Fonte 1969, 1/8

    Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 1994-0081

    © Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)

    <p><strong>[Buste d'homme assis (Lotar III)], 1965</strong><br /><br />Bronze, 65,7 x 28,5 x 36 cm<br /><br />Fonte 1969, 1/8<br /><br /><em>Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, inv. 1994-0081</em><br /><br />© Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris)</p>
  • Presse
  • Crédits

    Site réalisé par Spill.net pour la Fondation Alberto et Annette Giacometti

    Responsable de publication
    Catherine Grenier

    Chef de projet | Flora Mitjavile pour la Fondation, Juliette Mage pour Spill.net
    Design | Flora Mitjavile pour la Fondation, Liz Sterling et Virginie Nguyen Tan Hon pour Spill.net
    Documentation et recherche | Stéphanie Barbé-Sicouri, Cecilia Braschi, Damien Bril, Serena Bucalo, Katia Busch, Alban Chaine, Marianna Gelussi, Valérie-Noëlle Jouffre, Michèle Kieffer, Mathilde Lecuyer, Robert McDonald Parker, Sylvie-Anne Pralus, Thierry Pautot
    Base de données AGD | développée par Antoine Firmin pour Lignes de code, par Christophe Le Bars pour Spill.net et par l'équipe de la Fondation
    Copy editing | Christian Alandete
    Photographies de la collection | Jean-Pierre Lagiewski, Marc Domage
    Remerciements | Camille Guérin, Johanne Legris, Emilie Le Mappian, Hélène Sarreau

    Site | © Fondation Alberto et Annette Giacometti 2014
    Œuvres et image personnelle d'Alberto Giacometti | © Succession Alberto Giacometti (Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris + ADAGP, Paris) 2014

  • Mentions légales

    Confidentialité
    Les données personnelles que vous nous communiquez par le biais de notre formulaire contact sont réservées à l'usage exclusif de la Fondation Alberto et Annette Giacometti et ne seront ni cédées, ni distribuées, ni vendues à des tiers, sous quelque forme que ce soit. Celles-ci seront utilisées uniquement dans le cadre de l'envoi de notre newsletter.

    Propriété intellectuelle
    Tous les éléments du site (forme, mise en page, éléments graphiques, contenu rédactionnel) sont la propriété exclusive de la Fondation Alberto et Annette Giacometti. La Fondation Alberto et Annette Giacometti autorise ses visiteurs à copier électroniquement et à imprimer son site Internet sur support papier, en partie ou en intégralité, à des fins strictement informatives et personnelles. Toute autre utilisation du site fondation-giacometti.fr ou de ses éléments, y compris la reproduction dans un cadre autre que celui mentionné ci-dessus, la modification ou la diffusion sous quelque forme que ce soit, sans l'autorisation écrite de la Fondation Alberto et Annette Giacometti, est formellement interdite et constitue une infraction aux lois sur le copyright et la propriété intellectuelle.