Annette et Alberto Giacometti pendant l'accrochage de la rétrospective à la Tate Gallery (1965) © Succession Giacometti

Historique

Création de la fondation et reconnaissance d'utilité publique

La création d’une fondation assurant le rayonnement de l’œuvre de son mari a été envisagée dès 1986 par Annette Giacometti, veuve d’Alberto Giacometti. Cette dernière charge alors son avocat, maître Roland Dumas, de rédiger les statuts d’une fondation à laquelle elle lèguera les droits d’auteur et les œuvres de son mari, décédé en 1966, ainsi que les archives en sa possession. Un immeuble est acquis en 1986 cour de Rohan près de l’Odéon à Paris pour accueillir le siège de la future fondation.

En 1988, une association « Alberto et Annette Giacometti » est constituée pour 5 ans par Annette Giacometti qui la préside, avec pour objet d’appuyer la création de la fondation. Une clause expresse prévoit sa dissolution si la création de la fondation n’était pas intervenue avant ce délai.

Une première demande de reconnaissance d’utilité publique d’une « Fondation Alberto et Annette Giacometti » est présentée par l’association et transmise par le ministère de l’Intérieur en 1991 au Conseil d’Etat, qui fait des observations; aussi la fondation n’a-t-elle pas encore été constituée au décès d’Annette Giacometti en 1993. Il faudra dix ans pour parvenir à la constitution de cette fondation voulue par madame Giacometti et prévue par son testament – qui instituait Roland Dumas légataire universel avec la charge de créer la fondation.
En 1994, une demande de reconnaissance d’utilité publique remaniée est présentée par Roland Dumas au ministère de la Culture. En même temps, M. Dumas et le commissaire-priseur Jacques Tajan plaident pour qu’une dation aux musées se substitue à la fondation. Face à ces contradictions, le Ministère de la Culture relève que les statuts ne définissent pas assez clairement les buts de la fondation et n’assurent pas sa viabilité économique, et le projet doit être remanié. Un peu moins d’un an après la mort d'Annette Giacometti, MM. Dumas et Tajan organisent à la hâte à Paris en plein été la vente publique de quelques œuvres d’intérêt considérable, pour certaines uniques et venant de la collection de l’artiste, qui quittent le patrimoine de la future Fondation. Le produit de cette vente reste sur les comptes de la société Tajan dans des circonstances que le procès qui s’est conclu par la condamnation in solidum de MM. Dumas et Tajan en appel a permis d’apprécier (condamnation confirmée par la Cour de Cassation).

Face aux critiques de sa gestion qui se font de plus en plus insistantes, M. Dumas demande en 1994 au tribunal l’interprétation du testament, et se voit reconnaître la qualité d’exécuteur testamentaire et non plus de légataire universel. C’est alors qu’il sollicite la désignation d’un administrateur judiciaire, Pierre Zecri. Entre 1994 et 1999, le dossier semble enlisé.

Le 8 juin 1999, la ministre de la Culture Catherine Trautmann, qui souhaite apporter son soutien à la constitution de la fondation, charge Jacques Vistel, Conseiller d’Etat, président du musée Rodin et ancien directeur adjoint des musées de France, d’accélérer le processus engagé en prenant tous les contacts nécessaires (avec l'exécuteur testamentaire d'Annette Giacometti, l'association « Alberto et Annette Giacometti », et les membres de la famille de l'artiste) pour que soit enfin réalisé le vœu de madame Giacometti. Par ordonnance du 1er juillet 1999 rendue à la demande de l’exécuteur testamentaire, Hélène Da Camara est désignée administrateur judiciaire de la succession avec pour but d’obtenir la création de la Fondation. Pour l’assister dans le partage de l’indivision successorale d’Alberto Giacometti, Hélène Da Camara obtient quelques mois plus tard du Ministère de la Culture la désignation de Véronique Wiesinger, Conservatrice du Patrimoine, comme expert. Mais le dossier s’enlise à nouveau. Les délais dans l’accomplissement des formalités de reconnaissance d’utilité publique trouvent leur justification dans le partage de l’indivision toujours reporté par l’administrateur, tandis que ses honoraires ne cessent d’augmenter ; et ce n’est que sous la pression d’articles de presse dénonçant ces agissements que l’administrateur judiciaire se résout à poursuivre la reconnaissance d’utilité publique de la fondation sans que ce partage soit conclu. Une décision de justice ultérieure rendue contre l’administrateur permettra le remboursement à la Fondation d’une partie des honoraires indus.

Une nouvelle version de statuts est transmise au ministre de l’Intérieur le 24 mars 2003 sous la signature d’Hélène Da Camara. La reconnaissance d'utilité publique est attribuée par décret à la Fondation Alberto et Annette Giacometti en décembre 2003, permettant alors sa création effective. Le conseil d’administration tient sa première réunion le 15 décembre 2003 et élit Jacques Vistel, Conseiller d'Etat, aux fonctions de Président, et nomme Véronique Wiesinger directrice. Jacques Vistel présidera la Fondation pour deux mandats jusqu’à la fin 2011, date à laquelle il est remplacé par Olivier Le Grand. Depuis 2014, Catherine Grenier est directrice de la Fondation.

  • Presse
  • Crédits

    Site réalisé par Spill.net pour la Fondation Alberto et Annette Giacometti

    Responsable de publication
    Catherine Grenier

    Chef de projet | Flora Mitjavile pour la Fondation, Juliette Mage pour Spill.net
    Design | Flora Mitjavile pour la Fondation, Liz Sterling et Virginie Nguyen Tan Hon pour Spill.net
    Documentation et recherche | Stéphanie Barbé-Sicouri, Cecilia Braschi, Damien Bril, Serena Bucalo, Katia Busch, Alban Chaine, Marianna Gelussi, Valérie-Noëlle Jouffre, Michèle Kieffer, Mathilde Lecuyer, Robert McDonald Parker, Sylvie-Anne Pralus, Thierry Pautot
    Base de données AGD | développée par Antoine Firmin pour Lignes de code, par Christophe Le Bars pour Spill.net et par l'équipe de la Fondation
    Copy editing | Christian Alandete
    Photographies de la collection | Jean-Pierre Lagiewski, Marc Domage
    Remerciements | Camille Guérin, Johanne Legris, Emilie Le Mappian, Hélène Sarreau

    Site | © Fondation Alberto et Annette Giacometti 2014
    Œuvres et image personnelle d'Alberto Giacometti | © Succession Alberto Giacometti (Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris + ADAGP, Paris) 2014

  • Mentions légales

    Confidentialité
    Les données personnelles que vous nous communiquez par le biais de notre formulaire contact sont réservées à l'usage exclusif de la Fondation Alberto et Annette Giacometti et ne seront ni cédées, ni distribuées, ni vendues à des tiers, sous quelque forme que ce soit. Celles-ci seront utilisées uniquement dans le cadre de l'envoi de notre newsletter.

    Propriété intellectuelle
    Tous les éléments du site (forme, mise en page, éléments graphiques, contenu rédactionnel) sont la propriété exclusive de la Fondation Alberto et Annette Giacometti. La Fondation Alberto et Annette Giacometti autorise ses visiteurs à copier électroniquement et à imprimer son site Internet sur support papier, en partie ou en intégralité, à des fins strictement informatives et personnelles. Toute autre utilisation du site fondation-giacometti.fr ou de ses éléments, y compris la reproduction dans un cadre autre que celui mentionné ci-dessus, la modification ou la diffusion sous quelque forme que ce soit, sans l'autorisation écrite de la Fondation Alberto et Annette Giacometti, est formellement interdite et constitue une infraction aux lois sur le copyright et la propriété intellectuelle.