Du 10 mai au 10 sept. 2017

Alberto Giacometti Retrospective Tate Modern

Londres, Royaume-Uni
Hors les murs

La Tate Modern présente la première grande rétrospective au Royaume-Uni d'Alberto Giacometti (1901-1966) depuis 20 ans. Giacometti est célèbre comme sculpteur, peintre et dessinateur, et ses figures allongées sont parmi les œuvres les plus reconnaissables de l'art moderne. Cette exposition réaffirme la place de Giacometti aux côtés de Matisse, Picasso et Degas comme l'un des grands peintres-sculpteurs du XXe siècle.

Grâce à un accès sans précédent à l'extraordinaire collection et aux archives de la Fondation Giacometti à Paris, cette exposition vaste et ambitieuse rassemble plus de 250 œuvres, offrant un large éventail de sculptures présentées à côté de ses dessins, livres et documents d’archives. Elle comprend des plâtres et des dessins rarement vus et présente l'évolution complète de la carrière de Giacometti sur cinq décennies, depuis les premières œuvres comme Tête de femme (Flora Mayo) 1926 jusqu'aux sculptures emblématiques en bronze comme Homme qui marche I 1960.

Né en Suisse en 1901, Giacometti s'installe à Paris dans les années 1920 où il découvre le cubisme puis rejoint le groupe surréaliste en 1931. Des œuvres célèbres telles que Femme égorgée 1932 révélent cet engagement avec le surréalisme ainsi que ses explorations puissantes marquées par les fantasmes de brutalité et de sadisme. L'exposition montre comment Giacometti, peut-être plus que tout autre artiste de son époque, a fusionné l'ancien et le moderne et brisé les barrières entre les arts décoratifs et les beaux-arts. D'autres œuvres comme Sans titre (masque) (1934) révèlent ainsi cet engagement dans les arts décoratifs, tandis que Le Chariot (1950) met en évidence les inspirations des arts d’Egypte et d’Afrique.

S'éloignant du surréalisme en 1935, Giacometti revient au travail d’après nature et s’intéresse à la tête, puis à la figure humaine dans un style plus réaliste. S'intéressant à l'échelle et à la perspective il commence à travailler à des sculptures beaucoup plus petites telles que Toute petite figurine (c.1937-9) qui mesure à peine 4 cm. Giacometti quitte Paris en 1941 pour s'installer à Genève jusqu'à la fin de la Seconde Guerre mondiale. De retour à Paris en 1945, il commence à travailler à ses figures allongées pour lesquelles il est aujourd’hui le plus reconnu. Sa préoccupation pour la figure aliénée et isolée deveint un motif important, incarnant le climat de désespoir existentiel d'après-guerre. L'exposition comporte une étonnante sélection de chefs-d'œuvre de cette époque tels qu’Homme qui pointe (1947), Homme qui chavire (1950) et La Main (1947).

Bien que Giacometti soit surtout connu pour ses figures en bronze, Tate Modern entend le repositionner comme artiste avec un intérêt beaucoup plus large pour les matériaux et les textures, en particulier le plâtre et l'argile. L'élasticité et la malléabilité de ces supports lui ont permis de travailler de manière inventive, retravaillant et expérimentant en continu le plâtre pour créer ses surfaces distinctives très texturées et rayées. Un grand nombre de ces œuvres fragiles en plâtre qui voyagent rarement sera montré pour la première fois dans cette exposition, dont les célèbres Femmes de Venise de 1956. Créé pour la Biennale de Venise de 1956, ce groupe d'œuvres importantes sera réuni pour la première fois depuis sa création. L'exposition explorera également quelques-unes des personnalités proches de l'artiste qui ont été essentielles à son travail, dont son épouse Annette, son frère Diego et sa jeune maîtresse Caroline. Une salle de l'exposition sera spécifiquement consacrée à des portraits de Diego et Annette montrant des images intensément observées de Giacometti du visage et de la silhouette humaine.

L'exposition est accompagnée d'un catalogue de Tate Publishing, coédité par Frances Morris et Lena Fritsch pour la tate Modern, et Catherine Grenier et Mathilde Lecuyer-Maillé pour la Fondation Giacometti, et d’un programme de conférences et d'événements dans la galerie.

Co-organisée par Tate Modern et la Fondation Giacometti, Paris.

Commissaires : Frances Morris, directrice, Tate Modern, et Catherine Grenier, directrice et conservatrice générale, Fondation Giacometti, Paris.

Commissaires associées : Lena Fritsch, Tate Modern et Mathilde Lecuyer-Maillé, Fondation Giacometti.

Publications

Giacometti

Sous la direction de Lena Fritsch et Frances Morris avec Catherine Grenier et Mathilde Lecuyer-Maillé

Tate Publishing, Londres, Fondation Giacometti, Paris, 2017

Anglais

304 p.
21 x 26 cm
24,99 £

ISBN 978-1-84976-504-6 (Hardcover)
ISBN 978-1-84976-460-5 (Softcover)

Vidéos

Alberto Giacometti | TateShots

Tate Modern, London, Giacometti promo clip

Revue de presse

Valérie Duponchelle - Un trésor de sculpteur - Le Figaro - 30 mai 2017

The Unsolved Mysteries or Alberto Giacometti - Apollo Magazine - 14 juillet 2017

Philipe Dagen - Giacometti, une oeuvre tout en continuité - Le Monde - 26 juin 2017

Hidden Figures - Giacometti's 'Women of Venice' at Tate - 3 avril 2017

Pour rechercher une œuvre consulter l’Alberto Giacometti Database