Sabine Weiss, Alberto Giacometti dessinant dans l'atelier, 1954, coll.Fondation Giacometti, Paris.
© Succession Giacometti (Fondation Giacometti, Paris et ADAGP, Paris)
© Sabine Weiss

17 avril 2020

Alberto Giacometti : une vie à dessiner #GiacomettiChezVous

par Mathilde Lecuyer-Maillé
Paris, France
#GiacomettiChezVous

L’équipe de recherche de la Fondation Giacometti propose une série de conférences en ligne, un nouveau format diffusé en direct.

Alberto Giacometti a eu une relation obsessive au dessin durant toute sa carrière. Après ses années de formation académique dans l’atelier paternel à Stampa en Suisse, puis auprès de Bourdelle à la Grande Chaumière à Paris, les œuvres graphiques de Giacometti glissent progressif vers les formes néo-cubiste de la fin des années 1920, puis pendant la traversée du surréalisme dans les années 30, ses dessins, très épurés, allient signes abstraits, langage poétique et motifs figuratifs stylisés.
À partir de 1935 Giacometti revient à la figuration. La conférence abordera également les grands thèmes de ses œuvres d’après-guerre et la diversification de ses techniques graphiques, en particulier la lithographie, qui diffuse son style graphique de la maturité, rendu célèbre par Paris sans Fin. Une sélection d’œuvres inédites permet également d’aborder sa pratique plus confidentielle du dessin au stylo-bille. Commercialisé en France en 1950, le « Bic » a permis à Giacometti d’assouvir son besoin compulsif de dessiner quel que soit le support : marges de livres de la « Série Noire », journaux, carnets et nappes en papier des cafés de Montparnasse où il avait ses habitudes.

Par Mathilde Lecuyer-Maillé, attachée de conservation
Conférence en français

Pour rechercher une œuvre consulter l’Alberto Giacometti Database